Page 3 - FNRSNEWS 113
P. 3
01 FNRS.news // Juin ‘18 Édito À visages humains Le 29 mai dernier, le FNRS célébrait offciellement son 90 ème anniversaire en présence de S.M. le Roi. Celui-ci a rappelé à cette occasion que c’était bien par la promotion de la science qu’un pays assurait son avenir et qu’il convenait de stimuler la recherche fondamentale comme cœur de toute recherche. Le FNRS se réjouit de ce soutien royal. Les temps ont pourtant bien changé depuis le discours visionnaire de son arrière-grand père, le Roi Albert 1 , en er 1927, véritable déclencheur de la création, une année plus tard, du Fonds National de la Recherche Scientifque. Depuis, le FNRS s’est construit, développé, structuré, adapté et a, comme le titrait L’Echo, « rendu la recherche belge incontournable ». On ne peut mieux dire ! Le bilan est positif et les défs de la recherche fondamentale sont devenus plus vastes et plus nombreux… Certains constituent des menaces, d’autres induisent de l’enthousiasme. Au-delà des défs habituels (fnancement, adaptation aux besoins sociétaux, interdisciplinarité, …), il en est un autre, majeur : combiner une recherche internationalisée et extrêmement compétitive avec l’exigence d’une recherche à visage humain, tournée vers le grand public ; une recherche qui permette à chacun de comprendre et, en même temps, de prendre part à l'énorme investissement dont la science a besoin pour se développer. À ce titre, il faut souligner le succès du Télévie, qui fêtait cette année son 30 ème anniversaire. L’opération combine l’aspect caritatif (plus 12 millions d’euros cette année !) pour la recherche contre le cancer et un réseau extraordinaire de relations avec et au sein du public. Ce réseau donne l’occasion à un très grand nombre de personnes de comprendre les recherches en cours et de voir que les chercheurs ne sont pas isolés dans leur laboratoire. Mais aussi, au sein du public lui-même, la science et le FNRS contribuent à tisser des relations sociales, que ce soit autour d’un spaghetti organisé pour l’opération ou à l’occasion d’une course d’orientation… J’évoquais l’internationalisation de la science. Comme j’ai eu l’occasion de le souligner le 29 mai lors du débat avec les Présidents de l’ERC, de Science Europe et du FWO, la mobilité est un de nos défs essentiels : permettre à nos chercheurs de trouver leur place sur la scène scientifque internationale, s’ouvrir à d’autres savoirs et d’autres cultures est une nécessité et un devoir. Sans pour autant subir une « fuite des cerveaux ». Pour cela, nous devons travailler sur des outils d’accueil, sur l’attractivité de nos laboratoires et de notre excellence scientifque afn de récupérer certains chercheurs, enrichis d’une expérience internationale, dans nos universités. Ceci aussi sera déterminant dans les années qui viennent. Avec le soutien du monde politique, conscient de la nécessité de maintenir la recherche scientifque parmi ses priorités, avec la collaboration des autorités européenne, fédérale, communautaire et régionale, et avec l’appui des acteurs socio-économiques et du grand public, je sais que le FNRS pourra, dans les années à venir, poursuivre et amplifer ses missions essentielles en faveur de la recherche fondamentale. L’avenir de nos sociétés en dépend. Yvon Englert, Président, F.R.S.-FNRS © Eric Danhier
   1   2   3   4   5   6   7   8